luca tribondeau

Luca Tribondeau : un autre monde

Le jeune freestyler autrichien, spécialiste du slopestyle et engagé sur la voie du backcountry, trace une ligne originale dans l’univers du ski libre. Récemment arrivé chez les crows, son objectif est simple, se servir de ses nouvelles ailes pour skier plus loin et plus haut.

luca tribondeau - black crows nocta airluca tribondeau – black crows venor – photo : Luggi Brucic / Mammoth Mountain

Cumulant les casquettes de manageur et d’entraîneur en plus de celle de skieur, Luca est un infatigable. En 2014, le jeune homme de 17 ans – ex-alpin converti au freeski pour suivre la voie de son frère aîné – termine quatorzième des Jeux Olympiques en slopestyle et quatrième des X Games en big air. Le vent médiatique se met à souffler fort et avec lui des sponsors qui lui permettent de naviguer à son affaire. « Les Jeux m’ont apporté tant d’exposition que c’est vraiment le meilleur événement auquel j’ai eu la chance de participer. Et puis la cérémonie d’ouverture et l’ambiance des Jeux étaient incroyables. » Toujours actif sur le plan compétitif, notamment sur le circuit coupe du monde FIS et quelques grands événements, Luca a pour l’instant fait une croix sur les X Games. « Pour moi, les X Games sont en train de s’autodétruire par appétit commercial. Et comme ils ne m’ont jamais fait signe après ma quatrième place, j’ai décidé de ne plus y accorder d’importance ».
luca tribondeauluca tribondeau – black crows camox – photo : Michael Mautz / Koralpe

Focaliser sur le championnat FIS avec l’espoir de se qualifier à nouveau pour les Jeux Olympiques de 2018 à Pyeongchang en Corée du Sud, il songe également à élargir ses capacités d’action. « L’un de mes principaux objectifs est de me qualifier une nouvelle fois pour les Jeux, mais aussi de m’orienter progressivement vers le backcountry puisque je suis d’abord un skieur passionné de poudre. C’est difficile de voir toute cette belle neige en Autriche et d’être coincé quelque part dans le monde à enchaîner des runs dans un park. » Dans cette optique, Luca s’est lancé avec succès dans la réalisation d’épisodes Web. « Je réalise mes propres vidéos depuis la saison dernière et comme j’ai atteint 1,1 million de vues sur l’année, cela m’a incité à continuer. La vidéo m’a également permis de retrouver le plaisir de skier car en 2013 et 2014, je n’ai fait que voyager et répéter les 5 mêmes figures en boucle. Ce fut éprouvant, mais j’ai décidé de ne plus jamais me soumettre à un tel régime. »

photo : riesner schanze - luca tribondeua luca tribondeau – black crows anima  – photo : Martina Czadilek / Riesneralm

Après une chute en skate qui lui a coûté un poignet à l’automne, Luca n’a pu s’entraîner correctement et s’est contenté de skier pour retrouver ses sensations. Il a pu néanmoins rentrer dans le top 10 de la coupe du monde de slopestyle disputée à Mammoth. « Je n’avais aucune attente, mais je crois que j’étais serein. Le fait de skier pour moi en backcountry m’a mis en confiance car j’ai quand même bien poussé. C’est drôle comme cette manière d’aborder le ski m’a été bénéfique. » Ami de Jon Olsson, la star suédoise multimédaillé des X Games, qui lui a prodigué quelques précieux conseils, Luca n’en est pas moins un autodidacte. Son cadre d’entraînement se limite aux sessions entre potes dans la station de Koralpe, à une demi-heure de sa ville natale de Wolfsberg. « Je m’entraîne beaucoup quand je suis chez moi, mais je n’ai jamais eu de coach pour m’orienter. En fait, je n’ai jamais vraiment pensé devenir skieur professionnel car j’avais suffisamment de plaisir à skier et à apprendre de nouvelles figures. À cette époque, cet univers me paraissait inaccessible ; je regardais des vidéos avec mon frère et des potes, mais jamais je n’aurais cru qu’un jour je les rencontrerai et me mesurerai à eux. Je n’aurai jamais cru qu’un jour je puisse me considérer comme skieur professionnel. »

luvluca tribondeau - black crows animaluca tribondeau – black crows anima – photo : Rusk Video, Tom Kozissnik/ Koralpe

Skis de prédilection : J’utilise le venor en park, le camox pour le ski de tous les jours et le anima en poudre. Le venor me donne toute la confiance dont j’ai besoin pour la compétition. Et si je ne devais prendre qu’un ski, ce serait le Camox car c’est celui qui correspond le mieux au ski que j’aime. Mais attention, je n’ai pas encore essayé le captis. Il a l’air très attirant. Il est possible que je change d’avis…

Site internet : http://luca-tribondeau.com

luca tribondeau - black crows animaluca tribondeau – black crows anima – photo : Adrian Krainer / Riesneralm

Unknown photographer / Bali

Unknown photographer / Bali

luca tribondeau - black crows nocta airluca tribondeau – black crows nocta air – photo : Garvin Williams / Pemberton, BC

luca tribondeau - black crows nocta air

luca tribondeau – black crows nocta air – photo : TomTom Bandit Action cam / Whistler Blackcomb